Rhône Trip #9 – Alea Bebida Est

2 blogueurs, une 2 CV rouge et blanche, 3 jours le long de la mythique Nationale 7, 300 kms de Lyon à Avignon, 35˚ à l’ombre, beaucoup de belles rencontres et plus de 50 vins dégustés : c’est le Rhône Trip de Guillaume et David, à suivre tout l’été sur vins-rhône.com !

Rhône Trip étape 9 : Alea Bebida Est

Descendre le Rhône de Vienne à Avignon le long de la Nationale 7, c’est aussi découvrir le patrimoine historique de cette région, et notamment celui que nous ont légué les romains. D’un théâtre antique à l’autre, l’un plus connu pour accueillir un festival de jazz, l’autre pour des spectacles lyriques, en particulier lors du célèbre festival d’Avignon. Ils représentent surtout des traces tangibles de la présence romaine, dont l’influence encore perceptible de nos jours ne s’est pas arrêtée au domaine culturel.

Vue plongeante sur les gradins du théâtre antique d'Orange

L’histoire de la vigne dans la vallée du Rhône remonte à la présence grecque à Massilia (Marseille) dès 600 ans avant J.C. À cette époque, les nouveaux arrivants ne s’éloignent pas trop de la côte, l’accès à la mer étant rendu indispensable pour des raisons commerciales. Il faudra quelques siècles avant que la vigne ne remonte le fleuve, notamment sous l’impulsion des Allobroges, une tribu gauloise occupant la rive gauche du Rhône (l’autre rive étant le territoire des Segusiaves au nord–qui avaient pour capitale Lugdunum (Lyon)– et des Vellaves au sud ; tandis qu’au nord-est se trouvaient les Helvètes dont le nom devrait vous rappeler quelque chose).

La scène du théâtre antique d'Orange

La production et la commercialisation du vin est dans les mains des dirigeants gaulois, ce privilège freinant quelque peu le développement. Une fois la Gaule conquise par les romains au Ier siècle avant J.C., la production va exploser pour concurrencer celle de l’Italie. On en retrouve des traces à la Villa du Mollard, près de Donzère, juste au sud de Montélimar. Les bâtiments (dont on peut voir une maquette à l’espace Médicis de l’université de Suze-la-Rousse) attestent d’une production conséquente, et c’est le vestige le plus important qui soit parvenu jusqu’à nous. On estime que la surface exploitée couvrait 300 hectares et que 150 esclaves étaient nécessaires pour s’en occuper. Le rendement se serait élevé à environ 18hl/ha, comme quoi nous n’avons pas l’apanage des petits rendements !

Les gradins du théâtre antique d'Orange

Les vignes sont alors souvent cultivées en hautain, notamment pour des raisons de polyculture. Cette méthode est encore employée à divers endroits dans le monde, mais pas dans la vallée du Rhône où il est en général fait appel de nos jours à des piquets plus conventionnels.

Plus tard, les romains fondent la ville de Vienne et commencent à aménager les vignobles du Rhône Nord. C’est le cas notamment à Côte-Rôtie, un des plus anciens vignobles de France, où l’aménagement des terrasses date de cette période. Leur prédilection va à la rive droite du Rhône, de Côte-Rôtie à Saint-Joseph, avec ses pentes marquées et une exposition au sud-sud-est naturellement propice. Les romains identifieront plus tard la colline de l’Hermitage. Le succès commercial est notable, en particulier grâce au fleuve qui offre des solutions de transports, et les paysages de la région en sont changés à jamais.

La Chapelle de l'Hermitage et vin cuvée la Chapelle de Jaboulet

La chute de l’Empire Romain met quasiment un terme à ce développement, même si les vignobles persistent et parfois s’étendent comme à Sablet (dès 611) ou à Saint-Péray (en 936). Il faudra attendre les papes d’Avignon pour que la région prenne un nouvel essor au sud, tout en nous laissant d’autres monuments comme le Palais des Papes. C’est ainsi au XIVè siècle que des régions comme celles de Malaucène, du Ventoux, de Valréas, de Tavel ou de Châteauneuf-du-Pape vont acquérir leurs lettres de noblesse.

Vue en perspective des gradins du théâtre antique d'Orange

La prochaine date historique majeure sera 1933, avec la création du système des Appellations d’Origine Contrôlée (AOC) sous la houlette du Baron Pierre Leroy de Boiseaumarié. C’est ainsi que Châteneuf-du-Pape fut parmi les premières AOC, le Baron en étant originaire. Bien entendu, la vallée du Rhône s’est depuis enrichie de nombreuses autres appellations !

Où est Charlie ? Théâtre antique d'Orange

Où est Charlie ?

Je vous laisse retrouver David la semaine prochaine pour la dernière étape de notre Rhône Trip…

Un commentaire sur “Rhône Trip #9 – Alea Bebida Est”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *