Les vins liquoreux du monde (rien que ça !)

Grande idée que de rassembler des vins liquoreux du monde pour une dégustation au Château La Tour Blanche en cette veille de Vinexpo 2013. Et première bonne surprise pour ma part : les organisateurs ont joué le jeu et on y trouve des représentants de nombreaux pays ainsi que de régions françaises en dehors du Bordelais. Ce genre de manifestation est souvent synonyme d’un salon local avec quelques invités étrangers pour en justifier le titre. J’étais heureux de voir que ce n’était pas le cas.

Petit clin d’oeil pour commencer avec une cuvée au nom sympathique du Clos Uroulat : le Happy Hours. Évidemment il peut être utile de préciser que le propriétaire s’appelle Charles Hours… Un jurançon doux sans prétention autre que celle de se faire plaisir simplement. Cet objectif me semble largement atteint même si peut-être un poil trop sucré à mon goût.

La cuvée Happy Hours 2011 de Charles Hours - Clos Uroulat - AOP appellation Jurançon doux

Direction maintenant la Hongrie avec le Tokaji Aszú du domaine Disznókö, bien connu des amateurs de vins liquoreux. J’en avais déjà bu à quelques reprises—le plus souvent en guise de curiosité de fin de repas dans le plus pur style “un vin méconnu de classe mondiale”. Je connaissais vaguement le système des Puttonyos, qui correspondaient plus ou moins dans ma tête à des étoiles… entre 3 et 6, synonymes de qualité, emballé c’est pesé ! Le procédé est en réalité un tantinet plus intéressant et m’a fait penser au principe de production des Ripasso (macération prolongée de marc d’Amarone dans du vin de Valpolicella). Les grains nobles sont récoltés à part, et mis à sécher comme pour un vin passerillé tandis que les autres servent à faire un vin normal. Puis ces baies séchées sont pressés et le liquide va produire le Tokaji Eszencia (équivalent d’un vin de paille). Ce qui reste va être transformé en une pâte séchée (aszú), elle-même réincorporée au vin de base pour donner du Tokaji. Et les puttonyos dans tout ça ? En hongrois hotte se dit puttony, et c’est justement le nombre de hottes d’aszu ajoutée au vin de base qui va se transformer en puttonyos sur l’étiquette. Évidemment plus de hottes d’aszû auront été rajoutées, plus le vin sera doux (et on peut l’espérer, meilleur). Difficile de juger du niveau relatif de ce 6 puttonyos 2002 par rapport au reste de la production locale, mais c’est un des meilleurs vins que j’ai goûtés ce jour-là !

Tokaji Aszú 6 (six) Pottonyos 2002 du domaine Disznókö - Hongrie

Autre destination, autre méthode : la glace. Le Canada est le seul pays qui puisse produire des vins de glace avec régularité. L’eau présente dans les raisins, en se transformant en glace, réduit le volume disponible pour le jus et le concentre naturellement. Le cépage phare est le Vidal, même si bien d’autres sont utilisés à l’heure actuelle. J’avais goûté du Riesling (on en trouve de très bons en Allemagne et plus épisodiquement en Alsace, mais le Canada s’y est mis aussi), de l’icewine pétillant (aussi surprenant que délicieux) et même du cidre de glace (si cela marche avec des raisins, cela peut bien fonctionner avec des pommes). Mais un vin de glace à base de Cabernet Franc, ça, jamais. Le vin de glace est souvent impressionnant (que je déteste ce mot) sur le coup, un peu le phénomène de foire, tout entier sur la puissance. Le Cabernet Franc contribue une finesse, une complexité et même des tannins qui rendent cette expérience de Inniskillin fascinante. En plus c’est rosé et sucré donc ça va forcément plaire aux filles… manque plus que les bulles ! (spéciale dédicace 100% ironique à Sand).

Vin de Glace Icewine Cabernet Franc 2008 de Inniskillin

Et puisqu’il faut bien finir, mon vin préféré de la journée : ce sublime Riesling Beerenauslese Ürziger Würzgarten 2006 du Dr Loosen. Le côté bonbon du fruit (qu’on retrouve aussi chez Dönnhoff, par exemple) pourra repousser les purs et durs du riesling allemand, et ils pourront aussi m’opposer un vieillissement incertain (sachant que dans l’univers riesling en-dessous de 30 ans on ne se déplace même pas). Mais pourtant qu’est-ce que ce vin est délicieux maintenant ! Je suis un adepte des vins vieux, mais parfois, à quoi bon attendre ? Il y a tout dans ce vin : un équilibre hallucinant, une acidité salvatrice, une douceur maîtrisée, une pureté aromatique qui le met immédiatement dans la catégorie des grands vins. Sublime, tout simplement.

Dr Loosen Riesling Beerenauslese 2006 Ürziger Würzgarten vin allemand

Un commentaire sur “Les vins liquoreux du monde (rien que ça !)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *