Et si la Franche m’était contée…

Je publie au rythme qui me convient, c’est-à-dire lentement. Mais quand je compte parler d’un événement, j’essaye tout de même de le faire avant que l’édition suivante n’ait eu lieu. Les Vinocamps s’enchaînant plutôt rapidement, il est donc largement temps que je revienne sur le Vinocamp Jura, qui s’est tenu les 28 et 29 juin à Arbois.

Et… j’ai beaucoup aimé. Rien de mieux que de se sentir le bienvenu, d’autant plus quand les organisateurs sont du cru et aiment leur région. La présentation de la ville par la personne en charge de la culture était… passionnée, c’est le moins qu’on puisse dire. Une énergie qui s’est révélée communicative de bon matin, et connaissant la tête des vinocampeurs au réveil, ce n’était pas de refus !

Une organisation parfaite, un accueil enthousiaste, des ateliers lors desquels les participants ont beaucoup échangé (notamment quelques belles empoignades sur la question des relations entre blogueurs et agences de communication et de RP) mais surtout une ambiance bon enfant très sympathique (et rafraîchissante, en fait). J’ai vraiment aimé le côté décomplexé, à la bonne franquette, tout en mettant en avant les produits locaux. Et tout du long, des intervenants tous plus captivants les uns que les autres, sachant tenir leur auditoire (pourtant souvent chahuteur) et possédant juste la bonne dose d’humeur. Comme souvent, la spontanéité vaut mieux que bien des campagnes de communication alambiquées dans lesquels les personnes impliquées ne se reconnaissent plus, et auxquelles elles ne s’identifient pas.

Côté producteurs, quelques belles découvertes, je retiendrai notamment celle-ci :

Côtes du Jura Chardonnay 2011 Jean-Luc Mouillard

Pas de note de dégustation, si vous voyez cette bouteille goûtez-là et faites-vous votre propre opinion !

Mais j’en reviens aux produits locaux : superbe idée que de les faire contribuer à la fête, et d’en profiter pour sortir un peu du monde du vin. Pas de vin sans gastronomie, en tout cas pour moi. Et ce d’autant plus que comme c’est souvent le cas, ces produits se marient merveilleusement bien avec les vins qui sont mis en bouteille juste à côté… Rien que d’y penser j’aimerais que le BIVB se bouge un peu et nous propose un Vinocamp Bourgogne attendu depuis longtemps !

J’en ai évidemment profité pour filer discrètement avec quelques amateurs savoyards pour aller me ravitailler en fromage dans une des fruitières du coin (fruitière : coopérative proposant le fruit du travail de ses membres). Celle-ci était idéalement située puisqu’en face on pouvait trouver une micro-brasserie : La Franche.

La Franche - Bière artisanale

« Bière artisanale biologique brassée au fond de la grange… » Je crois que cela résume bien ce qu’on trouve dans la bouteille. Un comptoir, quelques canapés, dégustation gratuite. Une recette simple mais efficace, et une bière délicieuse. Que demande le peuple ? La version blonde est un peu houblonnée à mon goût, je lui préfère la rousse (forcément !), même si la brune ou la blanche ne sont pas mal non plus.

Sortir des grandes villes, aller prendre l’air, se perdre au coeur des régions trouve souvent sa propre récompense…

Un commentaire sur “Et si la Franche m’était contée…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *