À boire et à manger (mais surtout à manger)

Ça fait longtemps que je veux vous parler d’À boire et à manger, le blog de Guillaume Long. En même temps si vous n’en avez pas encore entendu parler, c’est que vous vivez sous un rocher. Et ce qui est encore plus con, c’est que grâce à moi vous allez découvrir ce blog le jour même où il s’arrête… (de poisson)

ABAM, c’est fini
Et dire que c’était le blog
De mon premier boulghour
ABAM, c’est fini
Je ne crois pas
Que je recuisinerai un jour

(bon en fait c’est juste pour la rime, j’ai vérifié Guigui n’a jamais parlé de boulghour sur ABAM)(et oui j’ai le droit de l’appeler Guigui car moi aussi je m’appelle Guillaume)

Donc bref j’espère que tout cela n’est qu’une mauvaise blague car je n’ai pas spécialement envie d’aller jusqu’au Québec lui botter les fesses. Quoique, ça me permettrait de refaire mes stocks de sirop d’érable. Bon, ça demande plus ample réflexion.

Guillaume Long - À boire et à manager - Tome 1

Je disais donc, ABAM. Certes il y a le blog, que vous pouvez lire en ligne, et c’est assez pratique quand vous voulez regarder une recette sur votre tablette ou téléphone (je ne suis pas équipé de ce genre de matériel mais le pouvoir de mon imagination est immense). Vous allez donc me dire : mais à quoi bon acheter les tomes, alors, puisque c’est cher (oui enfin bon faut pas exagérer non plus) et que ça gâche du papier et la planète l’écologie tout ça ? Astuce : faites comme moi, débrouillez-vous pour qu’on vous les offre.

Vous n’êtes pas convaincus ? Voici X bonnes raisons d’aimer ABAM (j’ai mis X pour signaler que je ne sais pas combien il y en a étant donné que je ne les ai pas encore écrites, vous n’aurez qu’à compter).

  • Il y a de l’humour, beaucoup d’humour. Il y a même de l’humour drôle.
  • Il n’explique pas aussi bien que moi comment faire du café avec une vraie cafetière, mais il essaye (bon déjà il utilise une cafetière italienne, forcément il part pas gagnant).
  • Le livre suit le rythme des saisons, et ça c’est chouette…
  • … sauf qu’il faut éviter de lire la partie concernant la saison qui vient juste de se terminer, car vous allez vous rendre compte de tout ce que vous venez de rater…
  • … et il y a même une fiche détachable (woah…) qui présente les légumes de saison !
  • Guigui essaye de vous faire manger des pissenlits. Haha le con. J’en ris encore.
  • Il m’a donné envie de tester le moulin à ail. Je vous explique pas c’est une surprise.
  • J’adore ses récits de voyage. D’une part ça me rappelle mes propres voyages. Et d’autre part on dirait du gonzo (je parle de journalisme, hein ?) mais centré sur la bouffe, c’est terrible. Il arrive mieux que personne à retranscrire les expériences que l’on peut vivre dans un pays en ne parlant que de ce qu’il a mangé, c’est un talent qu’il faut reconnaître à sa juste valeur.
  • Il a un nouvel ami. Ce sont mes planches préférées, et de loin. Faut dire que je pense que je m’entendrais bien avec son nouvel ami.
  • Il est jurassique. Euh non jurassien. Enfin bref vous connaissez la blague : « Tu sais comment déterminer si quelqu’un est végétalien ? Pas la peine, il te le dira… » ? Ça marche aussi avec les jurassiens. Donc il se sent obligé de parler de ça tout le temps, en fait. Sauf qu’en plus il est genevois. Bon j’arrête je sens que je vous embrouille.
  • Dans le plus pur style jurassien, et même si c’est seulement dans le Tome 2 et qu’aujourd’hui je comptais me limiter au Tome 1, il parle évidemment de La Franche. Y a que 2-3 trucs dans leur région, là, mais faut quand même qu’ils trouvent le moyen d’en parler.
  • Il parle beaucoup de poisson. Trop, d’ailleurs. Mais la moitié du temps il est hyper déçu, donc ça compense. Niark niark.
  • Il a un côté naïf tendance qui ne culpabilise pas. Donc il peut vous expliquer d’un air impassible comment faire une salade avec des tomates du supermarché. Y en a pour tous les niveaux et tous les goûts, et ça fait du bien de sortir de l’élitisme de temps en temps (même s’il ne faut pas faire ses courses au supermarché, y a des limites quand même).
  • Il dit du bien des épinards. Et les épinards (frais, évidemment), c’est bon, mangez-en ! #TeamÉpinards
  • Il vous explique comment faire des « tapas » à l’apéro qui étaient très en vogue entre 1977 et 1984 (style champignons fourrés au boursin, vous voyez). Et ça, ça vous sera vachement utile pour les soirées où vous vous déguiserez comme papa et maman dans votre souvenir en écoutant Michael Jackson et Madonna.

Bon si avec tout ça vous n’êtes pas encore convaincus, je ne peux plus rien faire pour vous !

2 thoughts on “À boire et à manger (mais surtout à manger)”

  1. MIss GlouGlou dit :

    Nan mais bien sûr que c’était une blague. Il n’arrête pas, il ne peut pas, il ne doit pas, il ne faut pas.
    Et t’inquiète, il s’est bien fait péter la gueule pour cette blague pourrie.
    Sinon dans les pitits potins : il prépare un ABAM3 et SURTOUT (ben ouais, pourquoi je m’embêterais à écrire si ce n’est pour me faire de la pub, hein), le gars Guigui et moi, on sort un bouquin le 7 mai, écrit par moi, dessiné par lui : Boissons et Séduction, ça s’appellera. Et ça ne parlera de brocolis. Ni de pissenlits !

  2. Merci pour les précisions. Il semble en effet que Guigui soit « occupé » par des considérations bassement terre à terre du type « j’ai des livres à publier moi monsieur ». Pff.

    J’attends tout de même le livre sur les brocolis et les pissenlits écrit par lui et dessiné par toi 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *